La démocratie à l’œuvre. Approches comparatistes. XVIIIe-XXIe siècles

, par Theis Valérie

Armelle Enders (Université Paris 8 /IHTP), Véronique Hébrard (Université Lille 3/EA 4074 Cecille), Clément Thibaud (EHESS/CERMA/Mondes Américains), Geneviève Verdo (Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne/Cralmi-UMR 8168 Mondes Américains), Dominique Vidal (Université Paris-Diderot/Urmis)

S1 et S2, 4 ECTS sur l’année

Ce séminaire, ouvert à tous ceux, chercheurs et étudiants travaillant sur les questions politiques à la période contemporaine, fait le pari d’une démarche comparatiste et interdisciplinaire des expériences de la démocratie et de l’espace public, entre l’ère des révolutions et les crises actuelles du système représentatif. Les organisateurs — des historiens et un sociologue, tous latino-américanistes— se proposent de décloisonner les approches et les aires culturelles. Il s’agit de procéder à une socio-histoire des formes de la démocratie, en confrontant les expériences observées sur le terrain latino-américain aux dynamiques constatées dans d’autres régions du monde. Rappelons que les Amériques, du Nord et du Sud, ont expérimenté et théorisé précocement, parfois même avant le Vieux continent, les formes politiques de la modernité. De manière concomitante, les régimes anciens ont été ébranlés dans d’autres sociétés extra européennes par des remises en cause de l’ordre politique et social traditionnel.

 Dès lors, la démocratie comme régime ou projet de société, est-elle universelle ou universalisable ? Si cette question est au cœur du projet démocratique, le parti pris de ce séminaire est de rompre délibérément avec le diffusionnisme — l’existence d’un centre producteur d’une doxa démocratique— préférant lui substituer l’idée d’une pluralité d’expériences de la démocratie et en interroger les éventuelles connexions.

Lundi, 17h-19h, en salle de l’IHMC, mensuel

Première seance le lundi 12 novembre 2018, puis 17 décembre, 14 janvier , 11 février, 11 mars, 8 avril 20 mai, 17 juin.